Dreybie Eldelgaliel

« Elle sera Elfe du clan Eldelgaliel, puisque les Dieux l'ont voulu ainsi. Et pour que soit respectée la volonté divine, elle sera élevée comme née parmi nous.»

Dreybie, comme l'ont appelée les Elfes de la famille Eldelgaliel, a été trouvée au cours d'une chasse par un jeune Elfe tout juste formé à cet art. Nichée dans un amas de mousse et de feuilles, elle n'émettait aucun pleur, seule sa curiosité était visible, les yeux grands ouverts, elle apprenait déjà l'aspect de son futur habitat.
La découverte de cette enfant n'a fait provoqué aucun débat au sein du clan, et le lendemain, Dreybie fut baptisée selon la tradition elfique, devenant une Eldelgaliel. Elle trouva ainsi une communauté qui la vit grandir, s'épanouir dans un environnement fait d'arbres, d'herbe, de plantes, et d'un village construit au cœur d'une forêt, dans le plus grand soin de la nature qui offrait ses bienfaits à cette peuplade isolée.

Son éducation, son évolution ne posèrent aucune réelle difficulté, autre que les habituelles idées enfantines destinées à pousser toujours plus loin leur connaissance d'un monde qu'ils ne peuvent qu'entrevoir.
Oh, il y eut bien ce jour étrange, où le feu se déclara sans aucune raison dans la petite cabane qui abritait ses repos, ou même ces heures qu'elle passait parfois avec un chat ou un autre, comme communicant avec lui. Mais rien ne fut vraiment alarmant, pas même son entêtement à ne jamais avaler de chair animale contrairement au reste du clan, si bien qu'on ne fit jamais aucun lien entre ces éléments et l'origine étrange de la petite Elfe, et que ceux ci fut très vite oubliés, ou banalisés. Elle grandit, donc, dans l'enseignement commun aux Elfes sylvains, avec un amour exceptionnel pour la nature, même pour une Elfe des bois.

Les Elfes Eldelgaliel suivaient un rituel traditionnel, visant à faire passer les jeunes Elfes vers l'âge adulte. Un rite strict, long et épuisant, leur donnant la possibilité de suivre par la suite un apprentissage choisi selon leurs préférences, et leurs aptitudes. Maniement des armes, élaboration de potions ou d'envoûtements magiques, chasse, art du dialogue et de la diplomatie .. Les enseignements étaient prodigués non pas pour se battre, mais pour que chaque membre de la famille soit à même de défendre les peuples qui quémandaient leur aide, si cela lui semblait juste.

Mais Drey ne se sentait pas prête pour cela. Elle ne voulait pas s'enfermer dans ce qu'elle voyait comme une prison de sagesse qu'elle ne voulait pas s'imposer.
Alors un matin, avant que les étoiles ne s'endorment et que sa famille ne s'éveille, sans un bruit et sans se retourner, elle est partie, dans l'idée de découvrir autre chose avant de revenir assumer son rôle chez elle.
Ses pas la menèrent vers une vie d'abord civilisée, faite de découvertes et de fêtes, mais rapidement, l'appel de la Nature fut le plus fort, et l'Elfe y succomba sans se faire prier. Ce fut le début d'une longue route où sans cesse, la ville laissait la place à un retour dans la forêt de plusieurs années.

Car Drey fonctionne ainsi depuis son premier départ. Intégrée dans un autre clan, celui ci lui permit d'approfondir ses maigres aptitudes de combat et celles, plus évidentes, de soin, et d'apprendre qu'en dehors des Elfes, bien des créatures peuplaient le monde. Elle apprit également ce qu'elle n'avait jamais soupçonné sur elle même, et qui pourtant, allait guider nombre de ses actions et difficultés futures. Mais elle ne mit que quelques années avant de se décider à le quitter lui aussi, retournant à la vie plus sauvage, avant, une fois encore, de rejoindre une ville où elle chercha à s'établir, malgré l'environnement hostile, qui semble toujours glisser sur elle sans l'atteindre profondément.

Mais on ne fait pas taire bien longtemps un besoin ancré et irrepressible, et une fois encore, oppressée par les murs qui abritaient alors une petite vie presque rôdée, elle reprit la route. Des mois passèrent, après lesquels elle arriva, sale, fatiguée, à Aisling, une ville qu'elle connaissait déjà pour y être passée brièvement, peu après son départ de son clan d'adoption.

Et là, il y a eu cet enfant qui parlait à un loup. Il y a eu ce coin de forêt, possibilité pour elle d'allier son besoin de se rendre utile aux autres, et son bien être hors des pierres trop hautes. Il y a eu ces rencontres, et il n'en fallait pas davantage à Drey pour, une nouvelle fois, ranger ses quelques affaires sous un abri de pierre, et s'inviter parmi eux.

« Celle-ci est sauvage, et pleine de surprises … Elle a aidé cette meute à naitre, et en fait maintenant partie. »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License